Archives de catégorie : Actualités

La Cyclo-Vendanges 2019

On vous attend nombreux en cette matinée du dimanche 29 septembre pour participer à notre manifestation annuelle : la CYLO-VENDANGES dont le programme est ci-dessous.

PLAN d’accés :

 

Cyclo Vendanges 25km

Cyclo Vendanges ESB 70km

Cyclo Vendange ESB 100km

Se méfier des idées reçues

Boire une bière (« une p’tite mousse ») après l’effort est-ce une bonne idée ?

Voilà une idée bien répandue dans notre milieu cycliste. Alors à tous les accros de la pratique, bonne lecture.

À bon entendeur salut.   😛  😛  😛

 

 

COURSE DE SAINT-SAUVEUR DU 27 JUILLET 2019

Tout d’abord merci à tous les supporters du club venus en masse ce matin pour soutenir nos coursiers sur nos terres médocaines à Saint-Sauveur.
Je viens vous donner les résultats:
– 5 coursiers au départ dans les différentes catégories
– au final seulement une prime gagnée par Daniel en 4
Mais on n’est pas rentrés bredouille….et on a bu la bière de l’amitié ( enfin 2…) à la fin tous ensemble.
Tout le monde finira dans son peloton respectif.
6e place encore pour moi juste devant Christophe en 2 comme le WE dernier, aux portes des points.


Merci encore pour votre soutien
Seb

Course de Lapouyade – 21 juillet 2019

Encore une victoire pour l’ESB

Ce dimanche 21/07/2019 avait lieu la course de Lapouyade comme chaque année. Un circuit exigeant qui réussit souvent à notre coursier Aurélien.

Aujourd’hui nous avons la surprise de nous retrouver à 4 de l’ESB au départ. En effet, Daniel fait son grand retour sur les circuits à notre grand plaisir. Félicitations à lui pour son courage et sa persévérance après son grave accident. Donc Daniel en 4, Laurent en 3 et Aurélien pour sa première course en 2 avec moi même.

Départ groupé toutes catégories confondues sur un grand circuit de plus de 11km sous un ciel plein de rayons de soleil chauds et piquants.

Nous sommes plus de 150 au départ. 46 coureurs en 4 ; 41 en 3 et 31 en 2.

Va falloir se faire une place….

Nous partons pour 7 tours en 2e catégorie. Même si le circuit est moins dur qu’auparavant avec des parties roulantes où l’on peut récupérer, ils n’ont pas rasé les bosses du quartier.

Départ 100m , virage à gauche en descente 150m, virage encore à gauche puis long faux plat montant. Virage à gauche un S au milieu d’un lotissement puis virage à droite pour un long faux plat descendant très roulant mais avec le vent de travers défavorable. Celui-ci débouche sur une bonne bosse. Virage à gauche sur une route plus étroite et qui rend beaucoup moins bien. Virage à gauche puis à droite avant un toboggan qui casse les pattes. Virage à gauche puis virage à droite avant la dernière bosse à 1,5km de la ligne d’arrivée en revenant sur une grande route vent favorable.

Autant dire un circuit casse-pattes avec des parties très roulantes et d’autres plutôt pentues.

Le départ est donné après 10 bonnes minutes d’attente sur la ligne pour assurer la bonne sécurisation du circuit. On transpire déjà.

Dès le départ un coureur de Ludon donne le ton et prend quelques longueurs à la faveur du faux plat montant. Il sera avalé par l’avant du peloton à la faveur d’une bosse.

Il faudra attendre le retour sur la ligne pour qu’une échappée de 3 coureurs se forment. De très bons rouleurs qui prennent du champ. Pourtant çà roule fort autant dans les montées que sur les parties roulantes (plus de 60 km/h dans les parties descendantes face au vent). Nous nous contentons de suivre le rythme imposé.

En effet, la porte de sortie à l’arrière est grande ouverte…Le peloton casse fréquemment et arrive à se reconstituer à la faveur des descentes au prix d’un gros effort mais de nombreux coureurs payent les accélérations.

Un peu avant la mi-course, 2 puis 3 autres coureurs prennent du champ alors qu’on ne voit plus les 3 premiers fuyards. Aurélien commence à paniquer et voit la course lui filer entre les doigts. Il me demande : « T’es comment ? Tu veux que je te ramène sur l’avant ? » Je lui réponds : »Non merci je suis juste »Il se met quand même à rouler devant et arrive à scinder encore le peloton en 2 avec 6/7 coureurs.

Moi je reste sagement au coeur du reste du peloton.

Mais c’était sans compter sur les bons rouleurs qui sont encore au sein de mon groupe. On rentre assez vite sur les 7 fuyards et on commence à apercevoir les 5 autres partis plus tôt. Avec méthodologie, les rouleurs foncent dans les parties plates et descendantes et régulent dans les parties montantes pour gagner du terrain.

Il faut s’accrocher malgré le souffle cours et les cuisses qui brûlent. Je prend l’option récupération en passant le 42 à chaque montée pour mouliner et essayer de mieux palier aux accélérations.

L’avant-dernier tour arrive et les jambes de tous sont lourdes. Après une telle motivation, tout le monde se retrouve groupé, enfin ce qu’il en reste : une petite vingtaine de gars.

J’espère qu’Aurélien en a gardé et n’a pas trop laissé de jus avant.

Dernier tour ça va se jouer au sprint…Non pas impossible.

On reste sur l’avant.

Arrive l’avant-dernier faux plat à 3,5 km de la ligne environ.

Pratiquement au sommet, alors que tout le monde se regarde, Aurélien porte une attaque et prend une dizaine de mètres. Personne n’y va. Il va falloir qu’il tienne jusqu’à la ligne. Çà va être long pour lui.

Derrière c’est chacun pour sa peau. 3 coureurs prennent quelques mètres.

Virage à gauche, virage à droite et se dresse devant nous la dernière bosse.

Il ne faut pas attendre longtemps avant que les dernières forces de chacun soient exploitées. Ça attaque. J’essaye de suivre. Je suis à fond et déjà Aurélien tourne sur la grande route pour rejoindre l’arrivée.

J’y arrive aussi, détaché du reste du groupe, avec 3 autres coureurs dont un collègue cadaujacais à Christophe. Alors que j’essaye de reprendre mon souffle avec les autres, il me glisse « Prend ma roue je t’emmène ». Il reste 1,5 km environ.

Je me fais pas prier et me dresse sur les pédales pour jeter mes dernières forces dans sa roue.

Il m’amène jusqu’aux 250m au niveau du S final. Puis à moi de jouer, je donne tout ce qu’il me reste sans me poser de questions.

Un coureur essaye de me dépasser par la gauche. Impossible de me lever. La ligne est franchie on verra bien.

Je vois alors Aurélien assis un peu plus loin sur le bord d’un trottoir exténué. Mais il l’a fait. Il l’a gagnée sa première course en 2. Avec panache en plus. Plus de 100 m d’avance sur le 2e coureur. Félicitations à lui. Encore une gerbe de fleurs à ramener pour Madame. Elle va s’y habituer à force. 4 victoires en une saison….

Au final je ferais 6e à 2/3 mètres du 4e. Merci au concurrent cadaujacais de m’avoir aidé hélas cela n’aura pas suffi, les kilomètres auront eu raison de mes forces.

Au final 78 bornes et 37,5 km/h de moyenne sur ce circuit usant.

Je retrouve Daniel et Laurent à l’arrivée qui ont fini chacun respectivement leur course dans leur peloton.

Les couleurs de l’ESB ont été encore bien représentées ce WE.

Rdv dimanche prochain sur nos terres médocaines pour la course de St-Sauveur avec des beaux résultats et de bonnes nouvelles encore j’espère.

Seb

Tour des vins du Blayais – 28 avril 2019

Tour des vins du blayais à Civrac-de-Blaye – 28/04/2019

Nouvel épisode pour notre groupe de coursiers sur le Tour des vins du blayais avec un départ à Civrac-de-Blaye sur un circuit moyen de 8,6 km.

Premier épisode avec un départ à 13h30 pour 31 coureurs en 2e catégorie pour ma part. Le circuit comprend une première partie sur une route large récemment gravillonnée mais qui rend mal avec comme seule difficulté 2 petits faux-plats avant d’arriver à mi-parcours sur le gratin :

  • d’abord une bosse de 700 m dont 200 entre 7 et 9 %,
  • puis un enchaînement de parties techniques sur des petites routes étroites et des virages en épingle avec des relances,
  • une grosse relance sur une route plus large face au vent sur 500 m avant de bifurquer à nouveau à gauche sur des routes plus étroites
  • retour sur une route plus large sur le dernier kilomètre juste avant une arrivée technique 100 m après un virage serré sur des pavés lisses.

Le ciel est menaçant et un petit crachin arrive même par moment à tomber. Le vent n’est pas en reste avec des rafales qui n’aident en rien. Un classement du meilleur sprinteur sera attribué tous les 2 tours sur la ligne d’arrivée intercalé avec celui du meilleur grimpeur en haut de la bosse. Ça promet. 9 tours à couvrir, ça va être long.

Départ. Les fauves sont lancés. Je prends la tête sur le premier kilomètre à un rythme raisonnable, 500 mètres plus loin les hostilités sont déjà lancées. Un coureur prend le large. On arrive déjà dans la première difficulté et même à allure raisonnable ça pique les cuisses. 1 autre coureur en profite pour s’extirper du peloton. La partie technique est favorable aux échappés. Les relances et les coups de freins dans le peloton sont usants .

2e tour un troisième larron s’échappe à la faveur du faux-plat après la ligne. Je suis tant bien que mal le rythme imprimé par l’avant du peloton. Ces 3 fuyards finiront par se rejoindre et rouler tous les 3 devant. Le peloton, lui, gère. Il reprend du terrain sur les parties roulantes et dans la bosse pendant qu’il en reperd sur la partie technique et vent dans le dos pour le retour sur la ligne.

5e tour et la bosse revient encore à un rythme plus élevé cette fois-ci. Le reste du peloton n’est pas décidé à laisser les échappés finir devant pourtant 45 s. nous séparent encore d’eux. Je sens que ça va être dur. Les cuisses brûlent et les crampes sont sous-jacentes. Je relâche un peu en haut, avant de me faire doubler par des coureurs en difficulté. On arrive à rentrer in-extremis sur le reste du peloton peu après la bosse, ce dernier ayant temporisé après la montée. On double déjà des 4e catégories attardés partis 2 min. après nous.

Retour sur la ligne pour entamer le 6e tour. Il ne reste plus que 20 s. sur les 3 fuyards. La bosse revient encore. Cette fois-ci je passe le petit plateau, obligé. Je m’accroche mais arrivé à 50 m du sommet les crampes sont là. Les autres coureurs me passent à côté et je vois la queue du peloton s’envoler devant moi alors qu’ils sont en train de faire la jonction avec les échappés. Il faut se résoudre à l’évidence, ils sont en meilleure forme que moi.

Je regagnerais gentiment la ligne d’arrivée avec un 4e catégorie dans la roue  et m’arrêterais sur le bord de la route dans le virage avant la ligne d’arrivée auprès de mes collègues coursiers de l’ESB (Laurent et Aurélien) ainsi que des supporters (Christian Meunier ainsi que nanard et sa femme) venus nous encourager. Il y en a partout sur le long du circuit.

Au final, ils ne seront que 14 à finir la course dont le fils de Christian qui finit à l’agonie tellement la course aura été sélective et intense avec 78 km et 36,8 km/h de moyenne.

16h  : 2e épisode avec 1/4h de retard c’est au tour de Laurent et Aurélien, qui a déjà gagné une course cette saison de s’élancer en 3e catégorie.

Ils sont un peu refroidi par mon expérience et le circuit. 34 coureurs dans leur catégorie et 7 tours à couvrir.

1er passage sur la ligne, Laurent est avant dernier, ça va être dur, pendant qu’Aurélien lui, est au milieu du peloton.

2e tour, Laurent a disparu et a subi la montée fatale. Il ne s’arrête pas pour autant et continue avec un autre coureur lâché, histoire de faire des bornes. Pendant ce temps-là, ça bouge sur l’avant et 7 coureurs sont partis dont notre petit Aurélien qui a bien senti le coup venir. Ils prennent vite 1 puis 2min. au peloton, mais le circuit a raison de certains et le groupe s’amenuise. Ils ne se retrouvent plus que 5 à mi-course puis 3 et 2.

Dans le 5e tour, un coureur de Jonzac prend le large. Aurélien sent que la victoire va lui échapper. Il se met donc à l’ouvrage et fait la jonction, seul, l’autre coureur fatigué dans la roue.

Dernier tour : Ils sont encore 3. J’arrête alors Laurent qui tourne toujours pour encourager notre poulain et découvrir qu’il reviendra sur la ligne en vainqueur. Le suspens est entier. Voilà la voiture ouvreuse et quelques secondes plus tard à la sortie du virage, Aurélien relance devant le coureur jonzacais. Il va passer la ligne encore premier en levant le doigt au ciel et en nous dédicaçant sa victoire. Et de 2 pour l’ESB et pour Aurélien cette saison. Félicitations à lui.

En fait, il a essayé de lâcher ses coéquipiers d’échappée dans la dernière montée. Chose réussie mais l’autre coureur a réussi à rentrer sur lui juste avant le dernier km. Les 2 coureurs s’espionnent alors et l’autre coureur accélère en lançant le sprint de loin. Le vent arrive alors de côté favorablement. Aurélien y va au bluff et donne tout pour le passer avant d’arriver dans le dernier virage. Il ne sera plus rejoint ensuite, l’autre coureur étant aussi cuit que lui.

Une belle victoire sur un circuit exigeant et de belles récompenses. Il finira 2e au classement du meilleur sprinteur et 2e à celui du meilleur grimpeur vu qu’il était sur l’avant depuis le début. Il finit avec un bon 34,5 km/h de moyenne tout de même.

La suite au prochain épisode en espérant qu’après celui-ci Aurélien viendra rejoindre ses 2 collègues (Christophe et moi-même ) en 2e catégorie.

Seb

Course de Pouillac du 02/03/2019

Course de Pouillac du 02/03/2019

Il est maintenant temps de reprendre les circuits pour ma part après une longue période d’absence pour des ennuis de santé.

Dilemme : 2 courses en ce beau WE de début Mars ; l’une en gironde le dimanche à St-Loubés mon idée première sur une course horaire dans une zone industrielle en ville et une autre le samedi dans notre département voisin en Charente Maritime à Pouillac beaucoup plus vallonée et correspondant donc plus à mon profil.

Je prend donc contact avec Bob la veille au soir et nous voilà partis tous les 2 pour nous soutenir pour notre première épopée.

11h15 : départ pour Pouillac à environ 1 heure du Pian avec la glacière dans le coffre.

Bob qui court en 3ème catégorie a un départ prévu à 13h30 tandis que le mien n’est programmé qu’à 15h30.

Arrivés sur place le ciel est mi-figue mi-raisin : d’un côté le ciel bleu de l’autre de gros nuages menaçants.

Et il ne fait pas chaud 13 degrés au thermomètre avec un bon vent Nord-Ouest qui refroidit encore plus l’atmosphère.

L’ambiance se réchauffe lors de l’inscription. La queue des valeureux coursiers s’étend jusque sur le trottoir de la seule boutique de la commune : ouf un PMU on est sauvés. À l’intérieur, les crêpes sautent des poêles. On sent bien qu’il fait bon vivre.

Bob part alors s’échauffer avec une veste pendant que je prend des forces en dégustant une salade de pâtes au chaud dans la voiture.

Circuit de 5,5 km avec une ligne d’arrivée rectiligne sur un long faux plat large d’1,5 km sur l’ancienne route nationale 10 longeant la nouvelle 2 voies évitant le centre de la commune. La ligne d’arrivée est en haut de ce long faux plat découpé en 2 parties avec un vent venant de la droite. La deuxième partie du circuit est une route plus sinueuse et moins large : encore 500m de montée vent de face puis une longue descente à bloc … avant une grosse relance en bas de la longue ligne droite d’arrivée longeant les camions.

Départ 13h30 pour Bob au cœur d’un peloton avec pas moins de 77 coureurs . En suivant s’élancent les 4ème catégories 1.30 mn plus tard.

Les coureurs reviennent vite sur la ligne et un jeune junior a déjà pris la poudre d’escampette.

Hélas mon coéquipier est déjà à la peine en queue de peloton. La relance lui a été fatale et il compte déjà quelques mètres de retard mais il n’est pas seul. C’est la rentrée pour beaucoup, pas évident de se remettre dans le rythme.

Pendant ce temps là moi je retrouve d’anciennes connaissances. Un ludonnais pointe le bout de son nez. Il s’agit de David qui court dans ma catégorie. Çà rassure ou pas…

Bob finit par rejoindre d’autres lâchés puis se fait rependre par les 2 premiers 4ème catégories échappés. Il fera toute la course derrière eux au chaud n’ayant pas le droit de relayer pour le respect de la course.

Il fera finalement 9 tours sur 10 prévus au départ à un rythme bien suffisant pour lui avec au final un peu plus de 33 km/h de moyenne.

Quant au coureur échappé dès le premier tour dans sa catégorie il finira tout seul après lui voir mis un tour. On n’est pas tous égaux devant l’effort…

Entre temps, je suis allé récupéré mon dossard et repéré le circuit que je ne connais pas encore.

Retour sur la ligne pour le départ. Hélas l’arrivée du 2ème peloton des 3ème catégories a été entachée d’une grosse chute lors du sprint final. Un homme est au sol à une cinquantaine de mètres de la ligne. Il va falloir attendre l’arrivée des pompiers pour qu’on nous lâche. En attendant j’essaye de me réchauffer en tournant les jambes mais sans trop me cramer.

Enfin les pompiers arrivent et évacuent le malheureux dans l’ambulance.

Çà refroidit juste avant le départ quand on connaît les risques du métier.

Pas le temps de réfléchir le départ est « déjà » donné pour les 1ère catégories puis pour nous au milieu d’une soixantaine de gars prêts à en découdre 1min 30 après pour 12 tours de circuit avec presque 30 minutes de retard sur l’horaire initial prévu.

J’essaye de suite de bien me placer pour éviter les relances. Pas évident sur la route étroite et sinueuse, encore moins dans la descente où le compteur frôle vite les 60 km/h. J’avais oublié les vibrations, la vitesse, la proximité des autres coureurs dans le peloton tout çà en frottant pour tenter de garder sa place. Les courageux sont déjà à l’attaque et un petit groupe se forme. En bas de la descente, une voiture arrêtée sur le bas côté par un signaleur déstabilise ce dernier, un coureur l’évitant in extremis.

On arrive au virage fatidique en bas de la longue ligne droite. Çà relance fort sur la gauche de la route à ras des barrières, le vent venant de la droite. 50 km/h au compteur. Mais les esprits se calment vite sur l’avant avec cette bise de côté permettant de regrouper tout ce beau monde.

Tout le monde, pas tout à fait il y a 5/6 fuyards sur l’avant qu’on distingue bien dans le long faux plat.

Retour sur la ligne ouf j’ai fais mieux que Bob…

2ème montée puis 3ème, finalement çà roule vite mais bien à l’abri du vent çà le fait. Prime annoncée çà accélère sur les hauteurs, je suis le mouvement puis en tournant sur la petite route çà ralentit après l’effort.

J’en profite pour tenter ma chance et rentrer sur les échappés en point de mire à 150m environ.

Je double 2 puis 3 coureurs intercalés. J’arrive au point culminant intercalé. Je me retourne le peloton est à une cinquantaine de mètres, les échappés idem. Je poursuis un peu mon effort dans la descente mais le peloton a raison de moi. Je regagne donc ma place au chaud pour récupérer mon souffle.

En bas de la descente tout le monde est regroupé ou presque car un coureur a pris les devants depuis le début. Le répit est de courte durée. Çà ressort par petits groupes. Je n’y croit pas et laisse faire.

Un groupe de 10 coureurs se retrouvent maintenant en tête avec 30 secondes puis 1 minute.

Çà s’annonce mal. À mi-course ils ont plus d’1.30 mn d’avance même si à chaque tour nous les apercevons dans la ligne droite d’arrivée au loin.

Il faut se rendre à l’évidence c’est mal barré.

10ème tour, le soleil commence déjà à sombrer et la température avec. Je décide de me réchauffer. Dernière prime annoncée. Une ancienne connaissance de Carbon blanc se dresse sur les pédales je prend sa roue. Le sprint se joue à l’abri du vent sur la gauche de la route et nous à droite. 50 m je produit l’effort et commence à le remonter. Je finirais 3ème finalement. Tant pis je rentrerais bredouille.

Seb.

VOEUX 2019

Avec mes collègues du bureau et du Codir, je viens vous souhaiter une bonne et heureuse année 2019.

Que la santé et la bonne humeur qui caractérise notre club soit toujours présentent durant toutes les sorties club.

Personnellement, je souhaite à nos gueules cassés de 2018 un rapide rétablissement et ma joie de les retrouver dans le peloton ESB.

Je profite également de ces vœux pour un rappel sur la sécurité, qui doit être notre maître mot.

Les chutes, malheureusement feront toujours parties de nos hantises, il ne faut ni les craindre et surtout pas les provoquer.

Nous vous donnons rendez-vous vendredi 4 janvier pour la traditionnelle galette des rois (de la pédale) à partir de 18h30 salle Fongravey (coté court de tennis)

Autre rendez-vous, samedi 26 janvier 2019 pour le repas du club. Pensez à répondre de votre présence et du choix du repas.

BONNE ANNEE à toute et tous

Denis 

Cyclocross à Salleboeuf

Quand notre club s’ouvre à d’autres disciplines avec succès.

En effet Laurent Lafon s’est découvert une passion pour le cyclocross et pour sa troisième participation de la saison il arrive à finir pas trop mal classé pour un début. Il a mouillé le maillot, c’est peu de le dire. À l’arrivée le karcher n’était pas de trop pour nettoyer le vélo!

« Je suis en phase d’apprentissage mais je progresse de course en course ,du coup je me suis inscrit au championnat départemental de Montussan le 9 décembre pour essayer de faire un petit résultat dans ma catégorie des 50.59 ans. »

Alors les gars n’hésitez pas à aller l’encourager.

BRAVO Laurent et bon courage pour la suite.